Non classéPeople

Madiambal Diagne défend Maham Diallo : « Sonko n’a pas laissé le choix au juge »

15views

Le juge d’instruction, chargé du dossier de viols opposant Adji Sarr à Ousmane Sonko, a rendu une ordonnance renvoyant l’affaire en jugement par une Chambre criminelle. Les charges paraissent suffisantes au Doyen des juges Oumar Maham Diallo. Il a suivi ainsi les réquisitions du ministère public. Une audience publique sera donc tenue et chaque citoyen aura l’occasion d’assister aux débats pour se faire sa propre opinion, ne plus se suffire de ce que veulent bien en dire les avocats ou les journalistes, alimentés de manière parcimonieuse par des «fuites» avec de gros risques de manipulation. Le dossier sera ouvert en public et on saura le fin mot de cette histoire. Il devrait y aller de l’intérêt de tout le monde. Le 15 mars 2021, déjà, nous écrivions dans ces colonnes : «Vivement un procès public Adji Sarr-Ousmane Sonko.»

Le courage de Adji Sarr face aux incohérences de Ousmane Sonko

Adji Raby Sarr se déclare victime et a engagé un combat de David contre Goliath. Elle avait le culot de s’attaquer à plus fort, plus puissant, plus riche, plus influent. Si cette pauvre orpheline, à qui la vie n’a rien épargné comme supplices, a eu autant de ressources, de courage et de ténacité pour accepter de vivre le martyre, demeurer cloîtrée pour sa sécurité, perdre des années de sa vie, en restant persécutée et vivre la peur au ventre, subir toutes les insultes et injures les plus viles, c’est sans doute parce qu’elle doit avoir la vérité avec elle. Quand je l’avais rencontrée au début du mois d’avril 2021, j’avais vu une pauvre fille innocente, fragile à bien des égards, mais qui n’avait qu’un seul espoir, celui d’être entendue, d’être crue. Je l’avais soumise à mon «interrogatoire», pour me faire une idée de son histoire. Je lui avais précisé que je ne comptais pas faire un article de notre discussion. Encouragée par ses proches qui veillaient sur elle, Adji Sarr avait consenti à me conter son histoire avec Ousmane Sonko. En partant, elle m’a supplié : «Tonton, je ne veux qu’une chose, que les gens sachent la vérité. 14 personnes ont été tuées pour ça. Il a gâché ma vie. J’aurais préféré ne plus vivre.» Elle se prit la tête en sanglots, avec : «Il a gâché ma vie.» J’étais sorti de cet échange en disant autour de moi que Adji Sarr me paraissait crédible. D’ailleurs, la jeune dame n’a jamais varié dans ses déclarations, jusque dans les détails les plus torrides. Son récit devant les gendarmes enquêteurs est identique à celui fait devant le feu roulant des journalistes ou dans le Cabinet du magistrat instructeur. Sa naïveté juvénile témoigne de la vérité et de l’authenticité de ses propos. Par exemple, elle soutient avoir eu cinq rapports sexuels avec Ousmane Sonko, à des dates précises et avec une certaine régularité. Ousmane Sonko, qui refuse de répondre à la question des rapports sexuels, ne les avoue pas moins, dès l’instant qu’il ne les a jamais niés et mieux, il continue de refuser systématiquement un test scientifique pour confirmer que le sperme prélevé ne serait pas le sien. Ce postulat évacué, reste à savoir si les rapports sexuels ont été consentis ou forcés ? On peut bien croire à l’accusation de viols répétés. En effet, mon bon sens paysan me laisse croire que des tourtereaux qui entretiendraient une idylle suivie dans le temps, s’échangeraient au moins leurs numéros de téléphone et se donneraient des rendez-vous galants, et peut-être pas toujours au lieu de travail de la femme. Quand il avait à aller sur les lieux, Ousmane Sonko n’avait à prévenir que la patronne des lieux, Ndèye Khady Ndiaye. De son côté, le jour où Adji Sarr avait voulu savoir quand Ousmane Sonko viendrait au salon Sweet Beauty, elle s’était adressée à Ndéye Khady Ndiaye, mais pas directement à Ousmane Sonko. Elle devrait, en toute logique, pouvoir joindre ce dernier si tant est que les coucheries étaient consenties. Comment deux adultes consentants qui filent une relation adultérine passeraient par une autre personne pour se fixer des rendez-vous ? L’enquête n’a pu établir un échange quelconque entre les deux personnes, en dehors du salon Sweet Beauty. Les historiques d’appels ou de messagerie de leurs téléphones respectifs n’ont révélé aucun échange, encore moins un message doux ou un «tchat» entre amoureux ! C’est comme si Ousmane Sonko arrivait quand cela lui chantait, tirait son coup et repartait, comme c’était le cas notamment le 21 décembre 2020, le 31 décembre 2020, le 14 janvier 2021 et le 02 février 2021. Le premier viol aurait été commis plusieurs mois auparavant, mais Adji Sarr ne se souvient plus de la date. C’est après ce viol qu’elle avait quitté le salon pour aller à son village, avant que Ndèye Khady Ndiaye ne réussît à la faire revenir après des assurances fermes. Au vu de tout cela, on en arrive à croire qu’il prend la fille pour une moins-que-rien, un vulgaire et méprisable objet sexuel dont il nie jusqu’à l’identité ; Ousmane Sonko s’interdit de prononcer le nom de Adji Sarr.

Au demeurant, Adji Sarr apparaît bien plus crédible que son vis-à-vis. Pendant que Adji Sarr est restée constante dans ses dires, Ousmane Sonko a d’abord refusé d’aller répondre aux enquêteurs, au prix d’appeler au «Mortal Kombat». Aussi, il change de version à chacune de ses sorties médiatiques. Il avait commencé par affirmer sur sa page Facebook n’avoir jamais mis les pieds au salon Sweet Beauty (son avocat, Me Tall l’avait juré la main sur le coran), avant de se rétracter et d’effacer la publication, surtout que, prise de court par la révélation du scandale, la tenancière du salon avait, elle, déjà affirmé aux médias que Ousmane Sonko était un client assidu de la maison, mais qu’elle niait qu’un viol pût se commettre dans les lieux. La presse avait aussi révélé que l’enquête de gendarmerie, grâce à une réquisition téléphonique, avait déjà établi que le téléphone de Ousmane Sonko avait été borné aux jours et heures indiqués par Adji Sarr. Ousmane Sonko servira alors la version loufoque des soins thérapeutiques pour un mal de dos qui, il faut le souligner, semble avoir disparu depuis l’éclatement de cette affaire. Ses proches dont son épouse, kinésithérapeute de son état, ne lui connaissaient pas cette maladie. Ousmane Sonko sortira la thèse d’un complot d’Etat auquel il est véritablement le seul à croire, car on ne voit pas comment des comploteurs avaient pu le convaincre de sortir de chez lui, aux heures de couvre-feu, en se cachant de ses deux épouses, de son chauffeur et de ses gardes du corps, encagoulé, pour aller au Sweet Beauty, se déshabiller sans y être contraint et se livrer aux mains de deux masseuses, jusqu’à ce qu’on en arrive à retrouver, dans le vagin de la femme qui l’accuse, du sperme qu’il est aujourd’hui question d’analyser. C’est à croire qu’un chaman officiant pour les comploteurs l’envoûtait, l’hypnotisait, le dépossédait de sa raison à chaque fois et le conduisait ainsi au Sweet Beauty. «Il n’y a ni crime ni délit, lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l’action, ou lorsqu’il a été contraint par une force à laquelle il n’a pu résister.» Une nouvelle ligne de défense pour Ousmane Sonko ? Il est interdit de rire, le sujet est trop sérieux !

De toute façon, Ousmane Sonko a fini par changer de stratégie de défense pour refuser désormais de répondre à toute question sur cette affaire et s’en tenir à sa théorie du complot dont il va finir par accuser tout le monde. Assurément, Ousmane Sonko ferait preuve d’un crétinisme sidérant s’il arrive à se faire avoir dans un complot auquel auraient trempé autant de personnes : Macky Sall, Antoine Diome, Serigne Bassirou Guèye, Me Dior Diagne, Me Gaby So, Mberry Sylla, Maodo Malick Mbaye, Mamadou Mamour Diallo, le chauffeur de ce dernier, Sidy Ameth Mbaye, le Général Moussa Fall, Dr Alfousseyni Gaye, le juge Samba Sall et aujourd’hui Oumar Maham Diallo, entre autres. Le Commandant Abdou Mbengue qui, au moment des faits, pilotait la Section de recherches de la Gendarmerie nationale chargée de l’enquête préliminaire, a aussi été cité parmi les comploteurs. Ousmane Sonko avait même affirmé que cet officier-gendarme aurait été promu au grade de Lieutenant-Colonel en guise de récompense. La vérité est que Abdou Mbengue avait bénéficié d’une promotion de grade en décembre 2020 et que la promotion devait être effective à compter du 3 avril 2021. L’affaire Adji Sarr a éclaté le 2 février 2021.

En outre, Ousmane Sonko semblait bien savoir de quoi il parlait quand le 20 janvier 2019, à l’occasion d’un meeting électoral à la Place de la Nation, il prévenait que le régime de Macky Sall allait lui coller des affaires de mœurs pour chercher à le discréditer. Il faut vraiment être un parfait crétin pour savoir ce qui se tramait alors contre soi et en dépit de cela, avoir ses habitudes dans un lupanar pour y être victime d’un prétendu complot deux années plus tard… Sur un autre registre, comment qualifier autrement l’opération de subornation de témoins, les collectes de fonds lancées par les partisans de Ousmane Sonko pour rassembler plus de 40 millions de francs pour le Capitaine Touré et autant pour Ndèye Khady Ndiaye ? Le Capitaine Touré est cet officier de gendarmerie qui a été radié pour avoir manqué à son serment et déclaré avoir délibérément sabordé l’enquête. Les avocats de Ousmane Sonko l’ont cité comme témoin dans cette affaire !

Encore une fois, Adji Sarr s’accroche à sa version et Ousmane Sonko poursuit dans les mensonges et continue d’insulter et de menacer juges, procureurs, avocats et journalistes. Le dernier revirement dans sa stratégie de défense est de refuser de répondre à toute question sur les faits pour lesquels il est poursuivi, tandis que les accusations de la plaignante restent encore si précises et circonstanciées. «Malgré la précision et la constance des déclarations de Adji Sarr, Ousmane Sonko se borne à adopter un silence éloquent sur les questions liées aux circonstances des viols ; que le silence adopté par l’inculpé ne fait qu’accréditer les accusations de la victime. Si Adji Sarr a été assez précise sur la manière par laquelle les actes de pénétration ont été commis sur sa personne par Ousmane Sonko, notamment par la menace de lui faire perdre son boulot et de lui pourrir la vie grâce à son envergure sociale, celui-ci s’est emmuré dans un silence coupable sur des questions qui auraient pu le mettre hors de cause, si tant est qu’il était innocent (…) Le fait de refuser de répondre aux questions liées aux circonstances des viols traduit de la part de l’inculpé, une absence d’arguments à faire valoir face à la constance et à la précision des déclarations de la partie civile.» On peut dire que cela n’a laissé le choix au juge d’instruction que de le renvoyer en jugement et si une telle stratégie persiste, Ousmane Sonko risquera de se livrer à la condamnation judiciaire. Assurément, le chantage à confisquer la paix civile et la menace de lancer des actes insurrectionnels contre les institutions républicaines, des bravades qui ont poussé de nombreuses personnes, de divers bords, à travailler à faire enterrer le dossier sans aucune forme de procès, n’ont pas prospéré et risquent de ne jamais l’être.

Ousmane Sonko devant la barre, le remake du procès Hissène Habré ?

Le Parquet de Dakar aura à fixer une date pour l’examen en audience publique de l’affaire. Si une certaine pratique judiciaire permettait d’examiner les cas de viols en audience à huis clos afin de préserver l’intimité de la présumée victime, l’affaire Adji Sarr devra être l’exception, et pour cause ! Cette affaire a tenu en haleine toute l’opinion publique durant ces deux dernières années, avec son lot de morts, de dégâts. La vérité étalée devant tout le monde devra être une certaine catharsis pour la société sénégalaise. L’intimité de Adji Sarr ? Elle n’en a plus ! La pauvre a été salie, bafouée, mise dans le lit de Monsieur tout le monde, comme une vulgaire pute, sans une once de dignité ou d’estime de soi. Au contraire, si elle dit vrai, Adji Sarr aura bien besoin d’un procès public pour pouvoir espérer relever la tête. Si elle mentait (et je ne crois nullement à cette perspective), elle devrait payer, par la déchéance sociale, tous les torts que cette affaire a eu à provoquer. Le procès devra être public et mieux, retransmis à la télévision pour que nul n’en ignore ! L’affaire du procès de Hissein Habré, l’ancien dictateur tchadien, devant la Justice sénégalaise, avait été diffusée à la télévision. Ce ne serait donc pas une première que le procès Adji Sarr-Ousmane Sonko-Ndèye Khady Ndiaye soit suivi en direct par les téléspectateurs. La demande de la victime pour la diffusion télévisée du procès doit être entendue. Tous les protagonistes devront d’ailleurs demander cela pour que la vérité éclate au grand jour. En effet, les Sénégalais et l’opinion publique tout entière ont besoin de savoir s’il y a eu viols ou pas et s’il y a eu complot ou pas. Devant les caméras, tout devrait être dit, étalé sur la place publique, sans fioritures, sans ombres ou cachotteries. Ousmane Sonko refusera-t-il de se présenter au procès ? Le cas échéant, il devra y être contraint comme l’avait été Hissein Habré ou comme toute autre personne poursuivie en procédure criminelle. Continuera-t-il de s’emmurer dans le silence ? C’est son droit de garder le silence, mais cela n’empêchera pas le procès de se dérouler. Hissein Habré n’avait pas voulu prendre la parole devant ses victimes et répondre aux accusations, mais ces dernières avaient été entendues et un verdict avait été prononcé par les juges «en leur âme et conscience».

Par Madiambal DIAGNE

via sanslimitesn

Leave a Response