A la uneAfriquebloquentChineInternationalmondeNord-Coréensnouvelles sanctionsOnuRussie

La Russie et la Chine bloquent de nouvelles sanctions de l’ONU contre 5 Nord-Coréens

91views

La Russie et la Chine ont empêché jeudi le Conseil de sécurité de l’ONU d’imposer des sanctions à cinq responsables nord-coréens en réponse aux récents essais de missiles balistiques de Pyongyang, une décision critiquée par les États-Unis qui cherchaient à imposer des sanctions pour leur rôle dans le programme de missiles du pays.

Lors d’une réunion d’urgence du conseil sur les quatre lancements de missiles balistiques du Nord au cours des deux dernières semaines, les États-Unis ont appelé les 15 membres du conseil à approuver un bref communiqué de presse rappelant que de tels lancements violent les résolutions du conseil et exhortant fortement Pyongyang à se conformer à ses obligations au conseil, « et d’engager un dialogue vers la dénucléarisation ».

Publicité

–>

Des diplomates, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat parce que la réunion du conseil était fermée, ont déclaré que la Chine, voisine et alliée de la Corée du Nord, s’opposait à toute déclaration.

Avant le début de la réunion, l’ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield a lu une déclaration aux journalistes de huit pays qualifiant le « comportement illégal de la Corée du Nord… de menace pour la paix et la sécurité internationales ».

« Ces lancements démontrent la détermination du régime à poursuivre à tout prix des programmes d’armes de destruction massive et de missiles balistiques, y compris aux dépens de son propre peuple », ont déclaré les huit nations.

Les États-Unis, l’Albanie, le Brésil, la France, l’Irlande, le Japon, les Émirats arabes unis et le Royaume-Uni ont appelé le Conseil de sécurité à s’unir pour condamner les violations par la Corée du Nord de ses résolutions.

Et ils ont appelé le comité du conseil surveillant les sanctions de l’ONU contre Pyongyang à soutenir les sanctions contre les cinq Nord-Coréens proposées par l’administration Biden la semaine dernière, après que les États-Unis ont imposé leurs propres sanctions contre eux.

Dans le passé, le conseil était uni sur la Corée du Nord, mais il n’y avait pas d’unité de conseil jeudi.

Interrogé sur le blocage par la Russie et la Chine des sanctions contre les cinq Nord-Coréens, Thomas-Greenfield, l’ambassadeur américain, a déclaré que tout pays s’opposant aux sanctions donne à la Corée du Nord « un chèque en blanc ».

Publicité 2

Le Conseil de sécurité de l’ONU a initialement imposé des sanctions à la Corée du Nord après son premier essai nucléaire en 2006 et les a durcies en réponse à de nouveaux essais nucléaires et à un programme de missiles balistiques de plus en plus sophistiqué. En 2018, l’ambassadrice des États-Unis aux Nations Unies, Nikki Haley, a déclaré que les sanctions avaient interrompu toutes les exportations nord-coréennes et 90% de son commerce et dissous le bassin de travailleurs que la Corée du Nord envoyait à l’étranger pour gagner des devises fortes – mais Pyongyang a réussi à échapper à certaines les mesures.

La Chine et la Russie ont fait circuler un projet de résolution en novembre exhortant le Conseil de sécurité à mettre fin à une série de sanctions contre la Corée du Nord, notamment une interdiction des exportations de fruits de mer et de textiles, un plafond sur les importations de produits pétroliers raffinés et une interdiction pour ses citoyens de travailler à l’étranger et d’envoyer à la maison leurs gains. Il a souligné les difficultés économiques en Corée du Nord et a déclaré que ces sanctions et d’autres devraient être levées « dans le but d’améliorer les moyens de subsistance de la population civile ».

Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a mis en garde contre une action plus forte après que les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions la semaine dernière et jeudi, l’agence de presse officielle coréenne a déclaré que le pays envisagerait de redémarrer « toutes les activités temporairement suspendues » qu’il avait interrompues pendant sa diplomatie avec l’administration Trump. Cela semblait être une menace pour reprendre les essais d’explosifs nucléaires et de missiles à longue portée.

L’agence de presse a déclaré que le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a présidé une réunion du Politburo du Parti des travailleurs au pouvoir au cours de laquelle les responsables ont fixé des objectifs politiques pour « renforcer immédiatement » les capacités militaires afin de contrer les « mouvements hostiles » des Américains.

via AfrikMag

Total

0

Shares

via DakarXIbar